A la découverte du faux bourdon, l’abeille mâle dans la ruche

Faux bourdon

La ruche est une société matriarcale organisée et régulée par les abeilles femelles. Quelle est la place et le rôle des abeilles mâles, appelées aussi faux bourdons ?

L’origine du faux bourdon, une abeille mâle non fécondée

La particularité de cette abeille mâle, c’est qu’elle est issue d’un ovule non fécondé par la reine. Ce phénomène s’appelle la parthénogenèse gamophasique.

Quand l’abeille royale pond des œufs de faux bourdons, elle le fait dans des alvéoles plus grandes car les cellules sont adaptées à la taille de la future abeille mâle. De plus, l’opercule est plus bombé que pour les autres abeilles.

À partir de la ponte, environ 24 jours passent pour donner naissance à un faux bourdon (plus longtemps que les abeilles et la reine), avec 3 étapes clés :

  • L’œuf éclot 3 jours après l’ovulation de la reine
  • Pour devenir une larve pendant une dizaine de jours
  • Avant de devenir un faux bourdon, la larve devient nymphe pendant 11 jours

Sa durée de vie est donc relativement courte car il meurt après avoir fécondé la reine ou est rejeté par les autres abeilles en août si cela n’a pas été le cas.

On voit surtout des faux bourdons au printemps et quasiment jamais en hiver.

Le faux bourdon : un rôle de fécondateur au sein de la ruche

C’est bien son unique rôle ! En effet, il ne butine pas pour récolter du nectar, ne participe pas non plus à la construction de la ruche et des rayons qui la composent, ne nettoie pas ou ne défend pas son territoire.

faux bourdons

En revanche, il a un rôle reproducteur et seulement avec la reine qui donne naissance à toutes les abeilles, faux bourdons et futures reines. Lors du vol nuptial de la reine, il pique son thorax pour remplir sa spermathèque.

Une fois son rôle rempli, il meurt dans les minutes suivant l’accouplement car son appareil reproducteur reste accroché à la reine. Un autre rôle qu’on peut lui attribuer est le maintien de la chaleur dans la ruche.

Par ailleurs, les faux bourbons se nourrissent également du miel de la ruche, c’est pourquoi ils sont souvent considérés comme des parasites dans la ruche ! Une fois le vol nuptial terminé, ils peuvent être chassés de la ruche par les autres abeilles quand les réserves de nourriture diminuent, notamment à l’approche de l’hiver.

faux bourdon abeille

S’ils sont chassés hors de la ruche, leur espérance de vie est réduite à néant car ils ne peuvent pas subvenir à leurs propres besoins. Ils peuvent être aussi tués par piqûre par leurs congénères femelles.

Pour en revenir à leur fonction reproductrice, si la reine et le faux bourdon sont frère et sœur, dans ce cas, les ovules fécondés ne donneront pas d’abeilles : soit elles ne seront pas viables, soit les ovules seront stériles.

C’est aussi l’une des raisons qui explique que le faux bourdon peut se déplacer de ruche en ruche et qu’il est conseillé pour les apiculteurs d’avoir plusieurs ruches dans leur cheptel. À l’inverse, les ouvrières ne sont fidèles qu’à une seule ruche.

Comment reconnaître un faux bourdon des autres abeilles ?

Le faux bourdon est reconnaissable entre ses pairs car il est généralement plus jaune ou est moins strié. Sa taille est également plus imposante par rapport aux ouvrières qu’il dépasse de plusieurs millimètres. Sa longueur avoisine ainsi 1,8 cm, alors que la taille d’une butineuse oscille entre 1,12 et 1,15 cm.


Une morphologie proche du bourdon, à qui il doit son nom !

Même s’il est moins poilu, ses caractéristiques physiques sont très proches du bourdon, de qui il tient le nom de faux bourdon. En effet, son abdomen est plus arrondi que les autres abeilles qui ont un corps plus fuselé et sa taille se rapproche davantage de son congénère hyménoptère. D’ailleurs, cela s’en ressent au niveau du poids puisqu’il pèse plus de 2 fois plus qu’une ouvrière (100 mg pour l’abeille contre 220 mg en moyenne pour le faux bourdon) !


Si les spécificités de son apparence sont visibles pour un œil humain, d’autres caractéristiques morphologies les distinguent du reste des individus femelles d’une colonie.

  • Il a plus de facettes à ses yeux : 8 000 contre 5 000 pour les abeilles pour mieux repérer la princesse à féconder en vol
  • Son appareil reproducteur est plus imposant et prend une grande partie de son abdomen
  • Ses antennes sont plus longues et ont davantage de capteurs
  • Il n’a pas de dard contrairement aux avettes qui butinent ; il ne pique donc pas et est plus vulnérable
  • Son vol est plus bruyant que la reine ou les ouvrières
  • Sa langue est plus courte car son rôle premier n’est pas de butiner
  • Considéré comme non essentiel au faux bourdon, il n’a ni glandes cirières ou pharyngiennes, ni brosse à pollen
Ils partagent nos valeurs
M’informer de la disponibilité Vous serez informé par email lors de la disponibilité de l'offre. Merci de renseigner votre adresse e-mail.
E-mail Votre adresse sera uniquement utilisé pour vous contacter.